Life Plan Stay Travel

Séismes, typhon et risques au Japon, savoir s’y préparer

2020年9月25日

Le Japon est un des pays les plus sûrs au monde mais c’est aussi un pays soumis à des risques naturels réels comme des séismes ou des typhons. Il y a peu de chances que des visiteurs subissent ces catastrophes mais un peu de prévention ne fait pas de mal.

 

Comment réagir en cas de séisme ou de typhon ?

Qui joindre en cas de besoin ?

Peut-on visiter des lieux pour en apprendre plus sur les séismes au Japon ?

 

Quels sont les risques au Japon ?

Le Japon est un archipel soumis à plusieurs risques majeurs qui sont considérés comme inévitables et réguliers, essentiellement les séismes et les typhons. Le risque volcanique existe mais reste localisé dans des régions précises comme le centre du Kyûshû, les Alpes japonaises, l’Hokkaido et ne concerne véritablement que les personnes se rendant directement dans ces zones. En 2014, l’éruption du Mont Ontake a ainsi provoqué le décès de 63 randonneurs qui étaient venus faire l’ascension du volcan. Le risque de tsunami est important et tout le monde se souvient de celui de 2011 mais ce risque est lié au risque de séisme, de même que les glissements de terrains sont souvent liés aux typhons.

Le risque sismique au Japon est l’un des plus importants au monde avec de très fortes probabilités de séismes majeures touchant les grandes agglomérations de Tôkyô et Ôsaka. En réalité les séismes sont une réalité quotidienne et vous pourriez en ressentir un durant votre séjour. Ce sont cependant des phénomènes très brefs et les séismes inférieurs à 5 sur l’échelle de Richter ne provoquent généralement pas de dégâts, ce genre de séisme survient en moyenne une fois tous les trimestres.  Un séisme sous-marin pourra provoquer un tsunami (terme japonais signifiant « grande vague »).

Les typhons dépendent de la saison, certaines années voient plus de typhons arriver que d’autres. Ces phénomènes climatiques arrivent du Pacifique-Sud et remontent ensuite vers le Japon ou la Corée, ils touchent d’abord les îles d’Okinawa et Kyûshû avant de se diriger vers Ôsaka et Tôkyô. Ces dernières années on a observé des typhons de plus en plus forts pouvant remonter jusque tout au Nord du Japon dans l’Hokkaido, ce qui n’arrivait pas avant. La saison des typhons commence avec l’été en juillet-août et peut se poursuivre jusqu’au début d’octobre selon les années. Les typhons les plus violents peuvent arracher les arbres, faire s’envoler les toitures, faire tomber les poteaux électriques et causer des inondations et glissements de terrain.

Il y a peu de chances que vous subissiez une catastrophe de ce genre mais il est bon de connaître les bons gestes, les procédures et numéros d’urgence avant de partir.

 

Comment se préparer au risque de séisme ?

Le Japon est sans doute le pays le mieux préparé au risque sismique, les bâtiments récents suivent des critères antisismiques stricts qui font que l’on voit peu d’effondrements, en 2011 le séisme lui-même ne fit que peu de dégâts matériels à Tôkyô et n’aurait pas été une catastrophe s’il n’y avait pas eu de tsunami. Tous les bâtiments sont équipés en matériel en cas de séisme (cordes, casques, treuils etc.) et le personnel est toujours formé et préparé à réagir en cas de séisme, c’est pour cette raison qu’en cas de tremblement de terre la meilleure solution sera toujours de suivre les instructions du personnel de votre hôtel.

Mais que faire quand le séisme arrive ? La première chose à faire est de se placer sous une table ou un meuble en se protégeant la tête et le cou contre la chute de débris, un oreiller de votre chambre fera l’affaire. Si vous n’avez pas de meuble sous lequel vous protéger vous pourrez toujours rester accroupis contre un mur ou un pas de porte, toujours en vous protégeant la tête et le cou. Ne restez pas près des fenêtres ou de sources d’électricité. Si vous êtes à l’extérieur, accroupissez-vous sous un porche ou contre un mur en vous protégeant la tête car le risque de chute de débris sera plus important, ne tentez pas de circuler ou de rentrer à votre hôtel.

Au cas où vous vous trouvez près de la mer en cas d’alerte tsunami, suivez le personnel pour vous rendre dans le lieu prévu pour se réfugier en cas d’alerte, généralement le lieu en hauteur le plus proche. Des panneaux en anglais sont toujours présents pour indiquer les directions.

Après le séisme, suivez les consignes qui vous seront données. Vous serez dirigés vers des espaces ouverts en extérieur dans l’attente de répliques. Dans les villes très touristiques comme Tôkyô et Kyôto les grands sites touristiques comme les parcs et les temples sont automatiquement des zones de rassemblement conseillées pour les étrangers car facilement repérables pour eux. Rappelez-vous que les ambassades et consulats ne sont pas des lieux de refuges, il est inutile d’essayer de s’y rendre directement. Si vous êtes plusieurs, restez groupés, entraidez-vous, si possible tenez-vous au courant par les médias. Si vous voyagez par une agence essayez de les contacter, sinon appelez l’ambassade pour vous signaler.

Vous constaterez que les Japonais autour de vous gardent leur calme en cas de séisme, comme il est enseigné dans les exercices antisismiques pratiqués depuis la plus grande enfance. Essayez de calquer votre comportement sur ce que vous voyez, soyez calmes et patients.

 

Comment se préparer au risque de typhon ?

Les typhons représentent un risque totalement différent des séismes, ces derniers arrivent soudainement sans prévision tandis que les typhons sont surveillés par l’agence météorologique japonaise qui émet des alertes une semaine, voir dix jours, avant l’arrivée du typhon. La trajectoire des typhons est connue, elle peut évoluer rapidement mais vous pouvez consulter cette évolution en temps réel en ligne sur le site de l’agence.

Un typhon est un évènement météorologique violent mais rapide, il continuera sa route, emporté par ses vents violents et le phénomène dure généralement une demi-journée. Si vous avez de la chance le typhon vous passera dessus durant la nuit sans vous perturber.

Si ce n’est pas le cas, la chose la plus importante à savoir est que vous devez rester à l’intérieur. Les prévisions vous permettront de ne pas vous retrouvez coincés durant vos visites, soyez raisonnables et confinez-vous dans votre hôtel durant la période du passage du typhon. Des dégâts peuvent survenir sur des bâtiments mais rarement sur des hôtels, des constructions récentes et plus solides que la moyenne. Votre chambre d’hôtel restera encore l’endroit le plus sûr et confortable, prévoyez d’avoir avec vous de quoi boire et manger, les coupures d’électricité sont rares.

Si le typhon arrive à un moment où vous devez vous déplacer, annulez le trajet à l’avance. Il est possible de changer ses horaires de train gratuitement dans les gares, vous aurez le temps de le faire en vous tenant au courant de l’évolution du typhon. N’hésitez pas à prolonger votre séjour dans votre hôtel d’une nuit ou annuler si vous ne pouvez pas rejoindre votre destination, généralement les hôtels remboursent sans frais en cas d’annulation due à un typhon. Si vous voyagez par une agence, contactez cette dernière afin qu’elle se charge des changements.

 

Qui contacter ?

 

  • Urgences japonaises

Police : 110

Pompiers : 119

Si vous ne savez pas parler japonais exprimez-vous lentement en anglais, veillez à bien communiquer votre nom et votre adresse.

  • Numéro d’urgence de l’ambassade de France : +81 (3) 5798 6000

Il sera toujours utile de vous signaler même si l’ambassade ne pourra pas vous venir en aide directement sauf en cas d’absolue nécessité. Suivez les consignes des autorités japonaises.

  • Applications en cas d’urgence

Safety Tips : pour recevoir directement les alertes aux séismes, aux tsunamis et les mises en garde de l’agence météorologiques. Cette application a été développée en collaboration avec l’agence japonaise du tourisme.

 

Japan Shelter Guide : Cette application vous tient au courant des alertes en cours mais vous permettra surtout de trouver le refuge ou la zone de rassemblement la plus proche

 

 

Lieux visitables liés aux risques

 

On ne peut pas parler d’un tourisme des risques au Japon mais il existe des endroits visitables permettant de mieux connaître, voir d’expérimenter, la prévention des risques au Japon.

Bôsaikan (Ikebukuro, Tôkyô)

Bôsaikan peut se traduire par centre des risques, il en existe dans toutes les préfectures japonaises et ils reçoivent le public, notamment les groupes scolaires, pour s’informer et se préparer aux risques. Tous les résidents étrangers au Japon doivent s’y rendre pour une formation rapide.

Le Bôsaikan d’Ikebukuro, à Tôkyô, est particulièrement important et ouvert à tous les visiteurs. On y trouve un simulateur de séismes pour vous permettre de vous rendre compte de la puissance des secousses. Il existe aussi un simulateur de fumée d’incendie et un simulateur d’extincteur qui ressemble beaucoup à un jeu d’arcade. Toutes les explications sont en anglais mais les le lieu a été conçu pour être interactif et pédagogique et restera intéressant même si vous ne parlez pas le japonais. Vous pourrez voir aussi un film impressionnant sur le séisme de Tôkyô en 1923 qui détruisit quasiment entièrement la ville il y a moins d’un siècle.

Bôsaikan, Ikebukuro (accès gratuit, 9h00-17h00, fermé le premier et troisième jeudi du mois)

 

Kobe Earthquake Memorial Musuem

Ce musée de Kobe commémore le grand séisme de 1995 et la reconstruction de la ville dans les années suivantes. Comme le Bôsaikan le musée est dédié à l’éducation et la prévention contre les séismes, vous y retrouverez des films mais aussi des informations éducatives et des jeux interactifs.

Kobe Earthquake Memorial Musuem (600 JPY, 9h30-17h30, fermé le lundi)

 

Great East Japan Earthquake and Nuclear Disaster Memorial Museum

Ce musée a été inauguré le 20 septembre 2020 pour commémorer le séisme, le tsunami et la catastrophe nucléaire de 2011. C’est un vaste bâtiment situé à Futaba qui recueille un grand nombre de témoignages de survivants mais aussi des objets collectés incluant des documents liés à la décontamination de la centrale de Fuskushima Daiichi et des combinaisons utilisées sur place. L’ensemble est illustré de films, diagrammes et explications faites pour être compréhensibles par le plus grand nombre. Le musée est adapté aux visiteurs étrangers et des explications en anglais sont fournies.

Entrée 600 JPY, fermé le lundi (site encore indisponible)

 

Ishinomaki

Ishinomaki a été la ville la plus touchée par le tsunami de 2011 et se trouve toujours en pleine reconstruction. Un grand parc mémorial devrait être inauguré en 2021 mais il est possible de s’y rendre pour observer les progrès de la reconstruction. La ville se situe près de Sendai et Matsushima et peut être rejointe en une heure de train local (ligne JR Ishinomaki). La plupart des édifices importants ont déjà été reconstruits et vous pourrez vous rendre jusqu’au parc Hiyoriyama, le site de l’ancien château qui servit de refuge aux habitants en 2011. Visiter Ishinomaki est loin d’être une visite macabre et vous contribuerez à la revitalisation de la ville en témoignant de ses efforts.

Ishinomaki depuis le parc Hiyoriyama en 2009.

-Life, Plan, Stay, Travel

© 2020 My Japan Blog