Food Life Plan Stay Travel

Le tourisme halal au Japon

2020年9月28日

Les visiteurs musulmans au Japon m’ont parfois fait part de leurs questions sur la faisabilité d’un voyage au Japon sans enfreindre leurs règles de vie. C’est vrai que le Japon n’est pas un pays très familier avec l’Islam en général mais ce serait une erreur de croire que rien n’existe pour mettre les touristes musulmans à l’aise.

 

Où peut-on prier au Japon?

Est-ce qu'il est possible de bien manger halal au Japon?

Comment bien organiser son voyage au Japon? Quelles ressources en ligne puis-je trouver?

 

L’Islam au Japon

La population musulmane au Japon reste limitée autour de 0.1% dont la majorité est composée de résidents étrangers venus de l’Asie du Sud-Est ou d’Inde, cela signifie que jusqu’à une date récente il existait peu de structures adaptées aux besoins de clients musulmans.

Depuis plus de dix ans la situation a commencé à évoluer avec le développement du tourisme et la venue de nombreux visiteurs de pays musulmans, en particulier l’Indonésie, la Malaisie et Singapour qui ont des liens importants avec le Japon. La clientèle musulmane est ainsi devenue une part importante du tourisme au Japon d’où des efforts pour adapter l’offre à leurs besoins.

 

Lieux de culte et salles de prières

Le Japon compte un total de 80 mosquées gérées par des associations privées. La plus notable est la Tokyo Camii, qui est aussi un centre culturel turc, elle peut se visiter et se situe en plein cœur de Tôkyô, dans le quartier de Shibuya. L’autre grand lieu de culte au Japon se trouve à Kobé, c’est la plus ancienne du pays, construite elle-aussi dans un style ottoman.

Il y a donc peu de lieux de cultes musulmans au Japon et une fois sortis des grandes villes il pourra devenir difficile de trouver un endroit pour prier. Heureusement la majorité des aéroports et des gares JR disposent aussi de salles réservées ou peuvent en fournir une à la demande. Le service au Japon étant ce qu’il est il est aussi recommandé de simplement demander une salle tranquille pour s’isoler directement au personnel de son hôtel ou par exemple dans des musées. J’ai par expérience guidé des voyageurs malaisiens dans une région sans salle de prière, nous nous sommes donc rendus dans un lieu public (un centre culturel dans ce cas précis) pour demander un lieu pour prier qui nous fut mis à disposition avec la meilleure volonté.

Le plus simple sera toujours de demander à son hôtel la solution la plus praticable pour ce genre de demande. Il est à noter qu’un certain nombre d’hôtels récents ont été aussi pensés pour une clientèle musulmane, disposant de tapis de prière ou de signes indiquant la direction de La Mecque.

Pour plus de détails vous pourrez vous référer au site Muslim Guide réalisé par l’Office du tourisme japonais qui répertorie non seulement les mosquées mais aussi les salles aménagées et les hôtels pouvant permettre de pratiquer.

 

L’alimentation

L’alimentation sera sans doute la partie la plus problématique du voyage. La cuisine japonaise peut sembler être facile à adapter à un régime halal, ne serait-ce qu’en se limitant aux légumes et aux poissons, mais ce serait une erreur. La cuisine japonaise utilise très souvent du saké de cuisine ou du mirin (une sorte de vin de riz), de l’alcool, dans la plupart des plats sans que cela soit nécessairement mentionné tant son usage est courant. Vous en trouverez en particulier dans tous les assaisonnement mentsuyu que l’on utilise pour les soupes de nouilles soba et udon ainsi que beaucoup d’autres plats. Il n’est pas rare aussi que les soupes japonaises soient réalisées à base d’os de porcs, c’est le cas dans beaucoup de ramens, en particulier les soupes tonkotsu. L’utilisation de graisses animales ou de gélatine est aussi très répandue et difficilement traçable. De plus il n’existe pas de label officiel pour certifier qu’un restaurant sert de la cuisine halal.

Les restaurants de cuisine traditionnelle washôku, utilisant peu de viandes ou d’additifs, seront sans doute les plus susceptibles de proposer des menus compatibles avec un régime halal. Il est cependant conseillé de se signaler au personnel afin qu’il puisse éventuellement adapter le menu.

Un menu washôku halal certifié, images credits : Minokichi

Des produits certifiés halal au Japon ont longtemps été classifiés comme produits « ethniques » et vendus seulement dans des épiceries spécialisées, les supermarchés japonais n’ont généralement pas en stock des produits halal. Cet état est cependant en train d’évoluer, dans les grands magasins japonais (depâto, departement stores) les sous-sols alimentaires appelés depâchika ont depuis quelques années mis en place une signalétique destinée aux clients étrangers permettant d’identifier facilement les composants d’un plat ou d’une boîte bentô incluant un code pour les produits muslim-friendly.

Il est important de garder à l'esprit qu'il n'existe pas de certification halal officielle au Japon, les certifications existantes proviennent des principales associations de culte dans le pays sans qu'elles aient un réel contrôle sur la qualité et les pratiques. Elles peuvent être cependant utiles pour savoir se repérer.

Encore une fois, pour éviter de se fatiguer dans ses recherches il sera toujours recommandé de demander son avis au personnel de votre hôtel. Les concierges disposent souvent de listes d’établissements pouvant convenir aux besoins particuliers, cela concerne essentiellement les hôtels en ville.

Pour une recherche plus poussez vous pourrez vous fier au site Halal Gourmet qui répertorie les restaurants selon les lieux mais aussi les spécialités recherchées.

 

Activités touristiques

Il y a peu de d’activités qui pourraient poser problème aux voyageurs au Japon, des évènements comme la cérémonie du thé (chez notre partenaire Camellia Kyoto) ou l’arrangement floral ikebana (chez notre partenaire d’Ami Kyoto) sont ne posent aucun problème aux participants musulmans. Les cours de cuisine seront cependant probablement trop difficiles à adapter car l’activité est basée sur des menus prévus longtemps à l’avance, vous pourrez tenter un cours de cuisine basé uniquement sur les sushis et les makis mais à mon avis ces activités sont souvent trop limitées pour être intéressante.

La location de kimono est devenue très populaire auprès des visiteurs étrangers et de trouver à Asakusa ou à Kyôto des locations adaptées aux voyageuses musulmanes incluant un voile assorti au kimono comme chez nos amis de Wargo. C’est une opportunité qu’il ne faut pas hésiter à saisir, les Japonais eux-mêmes sont toujours flattés et approbateurs en voyant des étrangers attirés par le costume national et les quelques aménagements dans le costume ne sont vus que comme des détails nécessaires pour que chacun puisse en profiter à l’aise.

Cela résume très bien la mentalité japonaise, extrêmement ouverte en matière religieuse et surtout très attachées à la satisfaction des personnes recevant un service. Toutes sortes de nouveautés peuvent apparaître au Japon pour améliorer encore votre voyage et je vous recommande de vous tenir au courant grâce au site Food Diversity Today.

-Food, Life, Plan, Stay, Travel

© 2020 My Japan Blog