Plan Travel Visit

3 jours et 2 nuits en sur le chemin Nakasendô

Parmi les chemins de randonnées au Japon, le Nakasendô est un des plus connus et faciles d’accès en vous faisant traverser les petits villages de la vallée de Kiso dans les Alpes japonaises. C’est une étape qui peut facilement être organisée dans un voyage entre Tôkyô et Kyôto.

 

Qu’est-ce que le chemin du Nakasendô ?

Quel est le niveau de difficulté de la marche ?

Quels types d’hébergements sont disponibles ?

Que voir et où s’arrêter ?

 

Pourquoi le Nakasendô ?

 

 

Le chemin du Nakasendô faisait partie des grands routes officielles de l’époque Edo. A l’époque la route reliait Edo (Tôkyô) à Kyôto par l’intérieur des terres et les montagnes (le Tôkaidô faisait de même en longeant le littoral). La section du Nakasendô qui nous intéresse suit le cours de la rivière Kiso dans la vallée du même nom. Elle commence à Matsumoto (préfecture de Nagano) jusqu’à Nagoya (préfecture de Gifu) sur une longueur de 60 kilomètres.

L’intérêt de ce chemin se résume à sa préservation. C’est la seule partie du Nakasendô à avoir été préservée jusqu’à aujourd’hui. Les petits villages d’étapes qui accueillaient autrefois les voyageurs dans des auberges le long du chemin existent toujours. Ces villages (juku) ont gardé leur aspect de l’époque Edo en maisons traditionnelles et en auberges anciennes encore en activité. Ces villages avaient été placés précisément pour être des étapes sur le chemin et sont donc idéalement placés pour les randonneurs d’aujourd’hui. Les villages les plus connus sont Narai, Tsumago et Magome.

 

 

Les villages du Nakasendô sont réputés pour faire partie des plus beaux villages du Japon. Le chemin lui-même est magnifique et vous fait passer en forêt d’un village à un autre sur un chemin pavé. Le chemin est encore aujourd’hui bien signalé avec des panneaux en anglais et un pavage de couleur spéciale, il n’y a guère de risque de se perdre car le chemin continue en droite ligne. Le niveau de difficulté est variable, généralement le chemin reste plat hormis quelques reliefs qui seront plus difficiles mais aucun village d’étape n’est situé à plus de 3 heures de marche du suivant, souvent moins.

 

 

Ce chemin pourrait ne pas convenir aux randonneurs expérimentés à la recherche de challenge mais sera parfait pour les amateurs et les familles. La section entre Magome et Tsumago est particulièrement fréquentée et facile.

 

Quelles étapes pour le chemin du Nakasendô ?

 

Jour 1 : de Matsumoto à Kiso Fukushima

 

 

Je vous conseille de partir la veille de Tôkyô (Shinjuku) en train pour dormir une nuit à Matsumoto. Ce sera l’occasion de visiter son château, l’un des rares châteaux authentiques du Japon. Depuis Matsumoto il faudra prendre le train local jusqu’à la station Narai (ligne JR Chuo, 1 heure). Vous pourriez faire un arrêt en chemin au village de Kiso-Hirasawa, réputé pour son artisanat des objets laqués (bols, baguettes etc.) qui est réputé au Japon (et surtout produit localement).

Le village de Narai est le premier village d’étape que vous rencontrerez, les habitations et auberges traditionnelles longent la rue unique sur le modèle des villages du Nakasendô. C’est un bon endroit pour commencer ses visites en flânant vers la sortie du village. C’est en arrivant au bout du village, au niveau du musée local d’histoire que vous entrerez sur le chemin lui-même et plongerez dans la forêt. Cette partie du chemin vous fera passer sur un relief plus important jusqu’à la passe de Torii (nommée ainsi à cause d’un sanctuaire protégeant le passage). Le chemin dure environ 3 heures à un rythme moyen et vous n’aurez aucun village ou abri pour vous reposer jusqu’à votre arrivée à la station de Yabuhara.

 

 

Depuis Yabuhara vous pourrez reprendre un train jusqu’au village de Kiso Fukushima (ligne JR Chuo, 15 minutes). Retenez qu’il y a peu d’horaires sur cette ligne, en après-midi vous aurez un train à 13h38 / 14h27 / 15h25 / 16h36 ou 17h35. Vous arriverez à Kiso Fukushima pour prendre votre repos. Kiso Fukushima était une étape plus importante avec un checkpoint fortifié que l’on peut visiter qui servait aux samurais à contrôler les passages. Le village compte plusieurs temples charmants, le Kozenji ou le Chofukuji. Le village compte aussi son lot de rues préservées traditionnelles comme Isemachikoji où se trouvent de nombreux restaurants.

 

Distance parcourue à pied : 6.2 km

Elévation : 270 m en montée, 344 m en descente après la passe de Torii

Durée moyenne de randonnée : 3 heures

 

Jour 2 : de Kiso Fukushima à Magome

Au départ de Kiso Fukushima vous reprendrez le train en direction de la station Nagiso (ligne Chuo, 45mn). Il n’y a pas de station pour Tsumago il vous faudra donc faire le chemin à pied. Cette section prend environ 1 heure (3 km) et est en grande partie goudronnée, alternant les hameaux et les zones cultivées. Il est possible de faire le chemin vers Tsumago en bus local en 10 minutes.

 

 

Le village de Tsumago est un véritable musée à ciel ouvert et le village le plus visité du Nakasendô. C’est sans doute là que vous trouverez le plus de visiteurs mais l’endroit en vaut la peine. Je recommande de visiter le Wakihonjin, l’ancienne auberge réservée aux seigneurs, qui est restée intacte. Le temple local offre aussi une belle vue sur le village. Je vous recommande déjeuner sur place pour goûter aux sobas (nouilles de sarrasin) et de prendre votre temps pour apprécier l’atmosphère du lieu.

 

Vous aurez la possibilité à Tsumago de faire envoyer vos bagages directement au village suivant de Magome pour 500 yens (dépôt du bagage avant 11h) si vous souhaitez marcher légers.

 

 

Depuis Tsumago commence la section la mieux préservée du Nakasendô jusqu’au village de Magome. Le chemin n’est pas très difficile hormis sur quelques montées plus raides mais le chemin est bien pavé et signalé. Vous trouverez des cloches à intervalles réguliers placées pour effrayer les ours, présents dans la région même si je n’en ai jamais vu. Vous rencontrerez en chemin un refuge au sol en terre battue où une personne est toujours de garde pour proposer un thé chaud aux marcheurs. Au total le chemin de devrait pas prendre beaucoup plus de 2 heures à un rythme normal.

Vous arriverez enfin à Magome qui est peut-être le village le plus charmant du Nakasendô avec de nombreuses auberges traditionnelles répartis le long de son chemin en pente. Ce sera le moment de poser ses sacs (ou de les récupérer à la poste) pour se délasser dans un bain bien chaud.

 

Distance parcourue à pied : 11 km

Elévation : 430 m en montée, 326 m en descente

Durée moyenne de randonnée : 3 heures

 

Jour 3 : de Magome à Nagoya

 

 

Cette dernière partie de la randonnée se fera principalement sur la descente depuis le village de Magome jusqu’à la station Ochiaigawa en passant par le petit village de Ochiai. Depuis Magome jusqu’à Ochiai le chemin passe surtout par des hameaux et des sections en forêts bien préservées et agréables. Des petits sanctuaires locaux ponctuent le chemin et offrent des occasions de s’arrêter par curiosité. La section préservée du chemin permet de voir les grands cèdres japonais sugi qui étaient autrefois plantés tout le long du chemin. Depuis Ochiai jusqu’à la station vous serez de nouveau revenus à la civilisation.

 

 

Il est possible de faire le trajet de Magome jusqu’à la station Nakatsugawa directement en bus local si vous ne souhaitez pas marcher sur cette dernière partie ou si vous êtes préssés. Depuis Ochiaigawa vous ferez un changement à Nakatsugawa pour arriver à Nagoya. Depuis Nagoya vous aurez la possibilité de continuer en shinkansen vers Kyôto et Ôsaka ou vous pourrez choisir de découvrir cette grande, peu connue pour son tourisme mais que je recommande pour son château et sa vie nocturne.

 

Distance parcourue à pied : 6,2 km

Elévation : 314 m en descente.

Durée moyenne de randonnée : 1h30 heure

 

Possibilités d’extensions

 

 

Ce programme en 3 jours est sensé rester facile à réaliser et ne pas prendre trop de temps. Les personnes souhaitant prolonger leur séjour sur le Nakasendô ou avoir un challenge un peu plus ardu pourraient décider de rajouter une étape entre Kiso Fukushima et Tsumago. Le chemin sur cette section est plus difficile (14 km, 4h30 de marche, 344 m de montée et 733 m de descente) depuis Nojiri jusqu’à Tsumago même avec un logement le soir à Tsumago. Si vous souhaitez faire tout à pied vous pourriez aussi vous rendre de Yabuhara station jusqu’à Kiso Fukushima à pied, le chemin prend 3 heures mais manque d’intérêt en restant sur le fond de la vallée très aménagée. Des randonnées existent aussi autour de Kiso Fukushima, sans aller jusqu’à faire l’ascension du volcan Ontake (le deuxième volcan le plus haut du Japon après le Mont Fuji) qui sera à réserver aux trekkers avertis.

 

 

Quels hébergements sont disponibles sur le chemin ?

 

Le type d’hébergement quasiment obligatoire sur le Nakasendô est le minshuku, c’est-à-dire des auberges traditionnelles semblables aux ryôkans mais plus petits et tenus par une famille. Ce sont des logements à la japonaise donc attendez-vous à des chambres avec literie futon, des bains et des toilettes séparés des chambres. Dans tous les cas les nuitées seront proposées en demi-pension car vous ne trouverez pas de restaurants ouverts le soir dans ces petits villages, de toute manière la cuisine locale des minshukus est délicieuse et ce serait dommage de ne pas en profiter.

 

A Kiso Fukushima

Kiso Fukushima est plus large que les autres villages et dispose de sa propre source chaude grâce au volcan Ontake, vous y trouverez donc des petits ryôkans rustiques.

 

  • Onyado Tsutaya Ryokan : ce ryôkan près de la station est une perle est c’est mon hébergement préféré sur le Nakasendô, les bains chauds y sont très agréables et les chambres japonaises larges, ils ont aussi quelques chambres single avec lit.
  • Kisojino-yado Iwaya Ryokan : je recommande aussi cet autre ryôkan. Kiso Fukushima est incontestablement l’étape confort sur le Nakasendô, profitez du bain en plein air et du repas.

 

A Magome

Magome est principalement constituée d’auberges minshuku qui se répartissent le long de sa rue unique depuis des siècles. Ce sont des établissements plutôt rustiques mais incontestablement authentiques. Il existe aussi une possibilité intéressante pour loger en temple bouddhiste.

 

  • Tajimaya : on a vraiment l’impression de dormir dans une auberge de l’époque Edo avec des chambres plus petites mais confortables et un charme rustique.
  • Magome Chaya : c’est l’autre minshuku notable de Magome, il a un autre charme, plus proche de la pension familiale dans une maison ancienne mais reste très confortable et chaleureux.
  • Eisho-ji : en soi le temple Eisho-ji ne diffère pas d’un minshuku normal par ses chambres mais le repas est un repas végétarien bouddhiste (Shojin ryôri). Cependant le cadre du temple et de son jardin et l’authenticité du lieu m’ont fait aimer dormir dans ce temple de village. Il est possible de s’essayer sur place à la méditation zazen.

Autres étapes possibles : Narai et Tsumago

 

Narai

  • Oyado Iseya, une valeur sure, beau et confortable.
  • Echigoya Ryokan, situé juste en face d’Iseya, un ryokan agréable aux chambres claires.

Tsumago

 

C’est volontairement que nous avons éviter de prévoir une nuit à Tsumago, les auberges y sont nombreuses mais c’est le village le plus visité du Nakasendô, vous risquez fortement de ne pas y trouver de place ou de vous retrouver avec des groupes. Le village a son propre site pour vanter ses logements.

Les auberges dans le village sont toutes à recommander au même niveau mais je prefère le minshuku Hanaya car il se situe à 15 minutes à pied du village sur le chemin du Nakasendô. En soirée vous serez isolés du village avec l’impression de vraiment dormir en montagne, c’est très apaisant.

Conseils utiles et avertissements

  • Les meilleures périodes pour parcourir le Nakasendô sont au printemps de la mi-avril jusqu’à la fin de mai et l’automne de septembre jusqu’à la fin de novembre. Je préfère nettement la période automnale, surtout en novembre, car vous pourrez voir de beaux paysages aux feuillages d’automne. L’été est faisable aussi mais comme partout au Japon vous subirez la forte humidité et les chaleurs caniculaires.
  • Le seul équipement à prévoir sont de bonnes chaussures de marche et un vêtement de pluie. Si vous n’essayez pas l’ascension du Mont Ontake aucun autre matériel de marche ne sera réellement nécessaire.
  • En cas de besoin, louez un pocket wifi pour rester connectés, pouvoir joindre quelqu’un en cas de besoin et consulter votre chemin. Les auberges et ryôkans sur le chemin n’auront pas forcément un bon réseau pour vous connecter le soir.
  • Gardez à l’esprit que vous logerez dans des petits villages de campagnes. Le soir vous ne trouverez ni commerce ni restaurant. La plupart des villages ont des petits commerces mais il faudra prévoir d’acheter eau et nourriture en journée. Il n’y a pas de points d’eau potable sur le chemin lui-même même si des aires de repos sont aménagées avec des toilettes.
  • Des ours peuvent être vus sur le chemin, ainsi que des singes, d’où la présence des cloches pour effrayer. Il n’y a cependant pas eu de cas d’attaques depuis des décennies.

-Plan, Travel, Visit

© 2020 My Japan Blog